ENVIRONNEMENT ET DIVERSITÉ ÉCOLOGIQUE

 

De septembre 18 à février 20, les asbl Emergences et Equilibre ont organisé des rencontres entre les secteurs des “militants” qui oeuvrent pour la transition écologique et sociale, et le secteur des “méditants” qui oeuvrent au service du bien-être de l’individu. Bien souvent ces deux vues ont tendance à s’opposer ou du moins à s’ignorer. Comment ces deux mouvements peuvent-ils collaborer de façon à avoir plus d’impact? Ensemble, ils se nourrissent mutuellement, chacun trouvant son sens et les moyens de s’accomplir dans l’autre, dans une boucle de rétroaction positive.

 Nous avons réuni au travers de 4 rencontres ‘privées’ des représentants de diverses organisations ainsi que plusieurs personnalités : Antoine Lebrun – WWF, Céline Tellier – IEW, Juliette Boulet – Greenpeace, Augustin Joiris – Institut Eco conseil, Ilios Kotsou – Emergence, Pierre Lucas – BAO, Nathalie Evrard – Réseau de Transition, Bernard  de Renesse – Terre et Conscience, Cordelia Orfinger – Groupe One, Nicolas Van Nuffel – Coalition Climat, Benoit Morel – Equilibre, Marie de beauvoir Beauvoir – The Way of council, Sabine Denis, Sandrine Rauter, Prof Isabelle Cassiers, Sébastien Kennes, Corine Boulangier, Vincent Commenne, Michel Genet, Patrick Dupriez et Roland Moreau. 

Notre animation se base sur la Théorie U (Otto Scharmer) en trois mouvements:  

  1. Observer (identifier les défis et forces de chaque secteur pour adresser la question de la transition et définir notre vision commune).  Vision partagée : une société solidaire (justice sociale), altruiste, respectant le vivant. Les crises actuelles prennent racines dans le narratif de la séparation (Nature/humain, féminin/masculin, …). Les freins à la transition sont le déni, le confort, l’argent, la résignation et l’instrumentalisation. La transition intérieure peut apporter aux militants : un nouveau récit où nous redécouvrons la solidarité, une gestion des émotions dans la lutte, être au servicedes générations futures, changer de perspectives et sortir de la dynamique du martyr.
  2. Ressentir (liens entre transformation intérieure et transition écologique extérieure, importance du changement de paradigme à partir des besoins fondamentaux). Chaque individu a des comportements non soutenables qui sont basés sur des pensées, croyances et fonctionnements neuro-psychologiques. Derrière cela se cachent des besoins fondamentaux. Pour le besoin fondamental de Liberté par exemple, je peux avoir un comportement non soutenable (achat d’une 4X4 qui me permet de rouler même en montagne). La société de la transition peut me fournir un substitut au service du vivant (augmentation de l’offre de tourisme durable et local). De façon générale, le capitalisme et les populistes ont mieux répondu à ces besoins fondamentaux que le monde de la transition. Ex : en Flandres nous n’avons pas réussi à répondre au besoin de sécurité des gens. Les populistes par contre ont eu une réponse simpliste mais efficace.
  3. Agir : chacun a son niveau (entreprise, politique, associatif, citoyen, etc) peut agir sur base des conclusions/recommandations de notre processus Militants-Méditants.

A l’instar deux rencontres publiques avec des citoyens (en sept 18 et 19 au Festival Maintenant), nous proposons d’enrichir/confronter notre processus de réflexion au monde politique lors de cette Rencontre d’écologie politique.

Personnes ressources:

Marc Lemaire

Isabelle Giraldo